Accueil

Sur ce site vous trouverez le dernier état de mes recherches sur la déportation des juifs dans le département de la Sarthe. J’y ai recensé sous l’intitulé :

  • « visages » les portraits trouvés des Déportés Sarthe et hors Sarthe
  • « déportés Sarthe » 278 personnes [dont 10 survivants] qui ont été arrêtées dans la Sarthe ou qui, arrêtées dans un autre département, ont ensuite transité par un camp ou une prison de la Sarthe
  • « déportés hors Sarthe » 135 personnes [dont 4 survivants] qui sont nées ou qui ont été recensées à un moment en Sarthe mais ont été arrêtées dans un autre département et n’y ont pas transité par la suite
  • « non déportés » les 621 personnes qui ont été à un moment recensées en Sarthe mais qui ont échappé à la déportation
  • « cachés » les 168 personnes [nombre provisoire] dont je n’ai pas trouvé trace de recensement et qui ont été retrouvées en vie après la guerre
  • « les Justes de la Sarthe » 74 reconnus à la date d’aujourd’hui par le Comité Français de Yad Vashem ainsi que les 111 personnes sauvées et les communes où elles résidaient
  • « les personnages » les 96 personnes ayant participé aux évènements de cette période, préfets, sous-préfets, maires, gendarmes, militaires allemands… (en cours d’élaboration)

Les informations y figurant proviennent de plusieurs sources :

  • les Archives départementales de la Sarthe, de la Mayenne, de l’Indre-et-Loire et du Finistère
  • le site de Yad Vashem
  • le site du Mémorial de la Shoah
  • le site de Serge KLARSFELD
  • les sites indiqués dans « liens utiles »
  • les recherches de Jacques CHESNIER et Karine MACAREZ
  • les dossiers personnels de familles ou d’amis de déportés

Les informations sont classées par ordre chronologique. A la fin de chaque ligne vous trouverez les cotes des Archives Départementales de la Sarthe du type (423W45) au moment de ma recherche ou le site d’où est extraite l’information. Si les informations proviennent des Archives d’un autre département elles y sont indiquées après la cote

En cliquant sur les lignes de couleur marron vous obtenez le document ou le site d’où provient l’information.

En cliquant sur la loupe située à gauche de « Accueil » il suffit de taper le nom recherché puis ↩ sur le clavier pour obtenir les résultats de la recherche.

Les photos proviennent des mêmes sources à l’exception de quelques unes issues de collections privées. Il manque encore beaucoup de photos.

Ce site n’est pas figé. J’ajoute très régulièrement de nouveaux documents au fur et à mesure de leur découverte. Il est donc possible que vous constatiez des différences entre deux visites. Cela est tout à fait normal. C’est la conséquence de l’évolution des connaissances dans le temps.

Je recherche toute information ou tout document qui me permettrait d’améliorer la connaissance des personnes déportées.  Si vous en possédez je vous remercie de me le faire savoir en apportant vos commentaires.

Yves MOREAU

147 commentaires sur “Accueil

  1. David Added dit :

    Bonjour,

    Je ne trouve pas de trace de la déportation de mon grand oncle Joseph ADDED né le 14/02/1899, convoi 53 départ Drancy du 25/03/1943 ?

    JO1988p01385-01388 Added (Joseph) né le 14 février 1899 à Medjez-el-Bab (Tunisie) décédé le 30 mars 1943 Auschwitz (Pologne).

    Merci pour votre retour et dieu nous garde
    Bien à vous,
    David ADDED

    • Bonjour,
      Je n’ai recensé sur ce site que les déportés ayant un lien avec le département de la Sarthe. Or au cours de mes recherches je n’ai pas trouvé trace de votre grand oncle dans ce département. S’il a vécu ou séjourné dans la Sarthe merci de me donner plus de précisions

    • Christophe dit :

      Le convoi 53 est parti vers Sobibor.

      Mémorial de la déportation des Juifs de France.

      Cordialement,

      • Klebaner Patrick dit :

        Bonjour,

        Effectivement, le convoi 53 est parti de Drancy vers Sobibor. Dans ce convoi s’est trouvée ma grand-mère Haya, Sarah Klebaner d’abord réfugiée dès l’hiver 39 à La Châtre sur le Loir mais, qui, hélas, est retournée ensuite chez elle à Clichy où elle a été arrêtée par la police française. Bravo pour votre excellent travail, Patrick Klebaner, son petit-fils

        >

  2. Florence dit :

    Bonjour,
    Moi,qui m’intéresse à la famille Perelstein (Gerson) pour des raisons généalogiques J’aimerai savoir que s’est-il passé pour eux durant la guerre.Gerson et Alexandrine ont ils eu d’autres enfants que Jacques Marcel.Immense merci ,déjà pour les renseignements figurant sur ce site.

  3. Royer dit :

    Bonjour .
    Je recherche tous renseignements sur Mme Houssin de Cérans – Foulletourte .
    Cordialement ch. Royer Président du Comité du Souvenir Français de Cérans Foulletourte .

  4. Michel BRAMI dit :

    Monsieur Moreau bonjour,

    Merci pour les modifications apportées aux renseignements concernant ma Grand Mère Sura Jablonka et ma tante Fanny Jablonka.

    Concernant mon histoire familiale:

    Szulem Jablonka

    Engagé Volontaire au 22 RMVE fait prisonnier le 06/06/1940 dans la Somme
    Il sera détenu jusqu’à la fin de la guerre.Stalag VII A à Moosburg (Allemagne)

    « Le 6 juin 1940, après d’âpres combats, les bataillons du 22e R.M.V.E. cessent le combat les uns après les autres, faute de munitions. A Mazancourt, la résistance du 2e Bataillon prend fin à 14 h. 30. Le sort de Fresnes est lui aussi réglé vers 15 heures. En entrant dans le village les Allemands sont surpris du petit nombre de combattants qui les ont mis en échec aussi longtemps. Quant à Marchélepot, où le P.C. du régiment est installé, le commandant Hermann tient jusqu’à 17 h. 15, heure à laquelle il rend les armes.
    Dans Misery, le 3e Bataillon du 22e Étrangers et les éléments du 112e R.I.A. combattent encore plusieurs heures. Ce n’est qu’à 18 h. 30 que le combat cesse, là aussi, quand viennent à manquer cruellement les munitions. (VASSELLE Pierre, Les combats de 1940, 18 mai – 9 juin, Haute-Somme et Santerre, Ligne de l’Avre et de l’Ailette, Imprimerie Carpentier Montdidier, 1970.)
    ORDRE N° 651-C  »

    Sura Jablonka :

    Sura et Fanny 4 ans seront arrêtées en 1942 (rafle du vel d’hiv). Elles seront épargnées ,Szulem étant prisonnier de guerre.

    « Les Juifs étrangers épargnés, en dehors de quelques nationalités provisoirement protégées, ont été les porteurs des cartes de légitimation de l’UGIF, distribuées à partir du 6 juillet, les familles de fourreurs travaillant au service des Allemands et bénéficiaires d’Ausweis, les conjoints et veufs de non Juifs, les femmes sur le point d’accoucher ou ayant un enfant de moins de deux ans, ou encore épouses de prisonniers de guerre. »

    Logna et Henri sont placés depuis 1941 dans la famille Tempé à Nesle dans la Somme.
    Fanny les rejoindra en 1942 après la rafle du vel d’hiv.

    Ma Grand Mère Sura, restée seule à Paris ira de cache en cache jusqu’à la fin de la guerre.

    Suite à une dénonciation en 1943 (date à confirmer) les 3 enfants Jablonka seront transférés de la Somme pour être cachés chez Madame Lardeux à Saint Mars du Désert Loire Atlantique, ils retrouveront chez cette nourrice de l’assistance publique deux autres enfant juifs Fanny Fenstermacher et son frère Simon Fenstermacher ainsi que 4 enfants places par une assistante sociale :Maurice ,Rachel ,Monique et Denise Moulet et 4 enfants places par l’assistance publique Jeannine,Jacqueline,Antoinette,Gisèle.(dont je n’ai pas les noms de famille)

    Le 21/04/1945 Sura écrit à UJRE pour les remercier de l’aide reçue,
    Chers Camarades,je n’ai aucune nouvelle depuis 5 mois.
    Le 19/08/1945 : Chers Camarades Mes enfants sont à la campagne ils vont rentrer le 1 septembre, merci pour votre mandat de 750 francs.

    Szulem sera de retour du camp de prisonnier le 13/10/1945
    Logna, Henri et Fanny rentrerons en mauvaise santé de chez Mme Lardeux, pris en charges par O.S.E uniquement après guerre.

    Le Mémorial de la Shoah me transmet deux listes extraites des archives (source YVO New York Rue Amelot MK 510 (190).708).

    Dans la première liste apparaît le nom de Jablonka Henri (la somme de 300 francs versée)
    Dans la seconde liste apparaît Jablonka Henri 9 ans 1/2 père Pol. Prisonnier.
    Henri né le 23/03/1934 cette fiche daterait donc de Septembre 1943

    Je recherche par quelle organisation ou mouvement le placement entre 1941 et 1945 de ma Mère, Tante et Oncle a été fait.
    Peut être que parmi vous, un nom , un lieu évoqué dans mon histoire familiale évoquera des souvenirs.

    Merci pour vos réponses.

    Michel Brami fils de Logna Jablonka

  5. LOUVET dit :

    Bonjour, j’ai fais quelques recherches hier soir et j’aurais des indices pour retrouver les descendants de Léontine BRACCHI, comment les transmettre?
    merci par avance

  6. Rousseau Armel dit :

    Bonsoir
    Je suis Mr. Rousseau de Torcé ,
    J’ai retrouvé une photo du grenier dans son état avant restauration , dans lequel il y avait les étoiles juives et les dessins sur la porte Si vous pensez que cette photo peut vous être utile je peux vous la fournir .

  7. Genevieve Courtes dit :

    Arrivée en novembre 39 Bien avant l exode mai juin 40
    Étape antérieure?
    Directe de Pologne?
    A cette date avant l occupation cette arrivee
    Ressemble à une fuite devant la poussé aol en pologne
    En nov 39 ce n’était pas encore le maire nommé de vichy qqs réflexions je n ai peut être pas vii le début du textr

    • BRAMI dit :

      Bonjour,

      Mes grands Parents seraient arrivés en France avant 1930 ils se sont connus en France .
      Ils se sont mariés religieusement en France. Ma Mère est née le 19/07/1932 à Paris.
      Concernant le maire, Mr Emile Coubart , il est maire de st Jean de la Motte de 1937 à 1942.

      Très Cordialement .

      Michel Brami

      • Courtes Geneviève dit :

        Merci très intéressant dans le cadre de la migration polonaise des années 20 cela n explique pas la présence en sarthe en novembre 29 retrouver d autres polonais? L entrée en guerre avec la Pologne?
        Bonne chance avec notre spécialiste sarthois de la question Yves Moreau

  8. Catherine Lustman dit :

    Bonjour Monsieur Moreau,
    Je découvre votre site, bravo et merci pour ce travail !
    Je fais actuellement des recherches généalogiques sur ma famille pour laisser un livre et une histoire à mes enfants.
    Je voulais juste vous informer, que mon père et ma tante (Julius et Hélène Lustman), alors enfants, ont également été caché dans la Sarthe, à Saint-Jean de la Motte, chez Monsieur et Madame Mignot de 1942 à 1944. Ma grand-mère Bina Lustman, d’abord résistante à Paris, vient finalement se cacher avec ses enfants fin 1943/début 1944 (je ne sais pas exactement)
    Ce sont le neveu et la nièce et la soeur de Chana Senjor.
    Voila, si vous avez besoin d’autres précisions, n’hésitez pas à me contacter !
    Catherine Lustman

    • Bonjour madame,

      Merci pour vos commentaires. j’ignorai totalement leur présence à St Jean de la Motte. je souhaiterai faire une fiche sur chacun d’eux si vous en êtes d’accord. Pourriez-vous me fournir leur date et lieu de naissance, adresse à Paris, dates d’arrivée et de départ de la Sarthe, une photo de cette époque. De même pour Chana Senjor.

      Merci d’avance.

      Bien à vous.

    • Michel BRAMI dit :

      Bonjour à tous,

      Avant tout Bravo pour votre Travail .

      Je reconstitue mon histoire familiale et celle-ci m’amène à St Jean de la Motte ou ma Grand Mère Sura Stolowicz et mon Grand Père Szulim Jablonka (engagé volotaire 22RMVE) ont été mariés civilement par le Maire Monsieur Emile Coubart le 09 novembre 1939, ils sont accompagnés de leurs trois enfants : Ma Mère Logna Jablonka, ma tante Fanny Jablonka et mon oncle Henri Jablonka.

      Alors qu’aucun lien ne les rattache à cette commune de la Sarthe, comment arrivent ils à St Jean de Motte ? quelle organisation ou mouvement les a dirigé vers cette destination ?

      Quelle était la position du Maire Mr Emile Coubart, était il impliqué dans le sauvetage des familles juives ?

      je pense que ma Grand Mère et ses 3 enfants seraient restés à st Jean de la Motte durant une période assez longue peut être une année, j’ai contacté l’école communale, mais malheureusement les registres des enfants inscrits (39/45) ont disparus, ceux apparaissent en partie sur votre site, quelqu’un a t il des informations à ce sujet ?

      Au fil de mes recherches j’ai constaté que de nombreuses familles sont passé, ont habité, à st Jean comment sont elles arrivées dans cette commune ?
      Je suis intéressé par tous documents, sources et conseils pouvant éclairer ma recherche sur la présence Juive à St Jean de la Motte.

      Très Cordialement
      Michel Brami ( fils de Logna Jablonka)

      • Busson dit :

        Bonjour, il serait judicieux de faire une recherche par le lien des photos d’école de la commune (copain d’avant). Mon pére sur Mansigné commune à côté de St Jean de la Motte se retrouve une une photo de groupe en fête de fin d’année de cette période d’occupation avec des enfants (cachés) dans des familles d’accueils. Cela m’a beaucoup étonné mais certaines familles gardaient des enfants de la pupille des nations (De l’assistance publique) ce qui était une source de revenus complémentaire . Voilà mon avis perso. Mr Busson

      • Genevieve Courtes dit :

        Ok mais pas en novembre 39 période de la drole de guerre

  9. GEROME dit :

    Bonjour
    Je suis le petit fils de Marin GEROME habitant 85 rue voltaire au MANS en1942
    Témoin des faits J’écris à M HEYMANN

  10. HEYMANN dit :

    Bonjour Monsieur

    En préambule, toutes mes félicitations pour votre travail de mémoire .

    L’objet de mon mail est double :
    1/ je souhaiterais retrouver les descendants de Mme BEAUTE et de M.MARIN ( si cela est possible).

    Toute la famille paternelle a été déplacée au Mans .
    RENÉ ET LAURE HEYMANN , domiciliés 83 rue Voltaire ont été deportés ( leurs noms figurent aux nouveau memorial du Mans.
    Leurs enfants, Pierre et Marlyse ont été sauvés par les voisins précités des83 et 85 rue Voltaire.

    Je suis le fils de Pierre
    Sans l’action héroïque ces personnes, je ne serais pas à même de vous écrire aujourd’hui.
    ( Qui sauve une vie , sauve l’humanité entière).

    2/ je suis tombé sur une info de lycéens du Mans souhaitant à l’initiative du Proviseur, apposer des plaques .
    Je souhaiterais m’y associer le cas échéant.

    Avec tous mes remerciements,
    Très Cordialement,

    JEAN RENÉ HEYMANN
    10 rue Gounod
    F67000 STRASBOURG

    • Busson dit :

      Shalom,Bonjour M.Heymann,
      Je vais regarder si je trouve une trace de cette famille,avec l’aide des archives de la Sarthe on devrait avoir une traçabilité de cette famille.
      Je vous tiendrais au courant si je trouve quelque chose. Yom Tov
      M.Busson

    • Bonjour,
      Auriez vous des photos de René, Laure, Pierre et Marlyse de cette époque que vous accepteriez que je fasse figurer sur le site?
      Merci d’avance.

    • GEROME dit :

      Bonjour
      Je suis le petit fils de Marin GEROME habitant le 85 rue voltaire LE MANS en octobre 1942;
      J’ai été témoin de L’arrestation de vos arrières grands parents.je vous ecris prochainement;
      Bien cordialement.
      André GEROME

  11. Courtes Geneviève dit :

    Bravo

  12. fred buzance dit :

    Bonjour M. Moreau,

    je m’adresse à vous en ce mois d’avril pour vous convier à une cérémonie, conférence le 30 avril à 14h au lycée Nazareth.
    Je suis frédéric Buzance, enseignant d’histoire Géographie, et avec les élèves nous avons procédé à un recensement géographique des enfants cachés dans le sud Sarthe ainsi que des Justes. (à cette occasion nous accueillerons par ailleurs France 3 pays de la Loire, édition Nantes)

    Nous aimerions que vous participiez à cette restitution car nos èlèves se sont énormément aidés de vos travaux pour réaliser une carte interactive que nous vous donnerons à l’occasion pour votre site.
    Par ailleurs, comme vous l’avez fait en 2010 avec mon collègue S. Fouchard, nous sommes parti avec la Région visiter le camps D’Auschwitz.
    je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

    • Ce sera avec grand plaisir que j’assisterai à votre conférence du 30 avril prochain. Bien à vous.

    • Busson dit :

      Bonjour, petit fils de « Juste parmi les Nations » je suis à votre disposition pour vous narrer l’histoire d’une famille Juive cachée par mes Grands-Parents paternels sur le sud Sarthe.
      Histoire qui démarre en Pologne.et j’ai avec chance et bonheur retrouvé les enfants de cette époque troublé de notre pays.
      Cordialement vôtre.
      Mr Buisson

  13. Normand Jérôme dit :

    Bonjour Monsieur Moreau,

    Je suis enseignant en histoire-géographie au lycée agricole de Rouillon et ma classe de 1e S a été sélectionnée pour aller à Auschwitz (voyage ayant eu lieu la semaine dernière) dans le cadre d’un projet régional en collaboration avec le Mémorial de la Shoah. Nous travaillons sur l’histoire du camp de Mulsanne (je suis en lien avec M. Rosensohn) et de l’internement et déportation des 115 Juifs en 1942 (notamment les 45 enfants). Je voulais savoir s’il était possible d’organiser une rencontre avec les élèves. Merci d’avance pour votre réponse. Cordialement

    • Ce sera avec grand plaisir que je vous rencontrerai ainsi que vos élèves pour une conférence sur la déportation d’octobre 1942 à partir du camp de Mulsanne.

      Je souhaiterai savoir à quelle date et à quelle heure ainsi que le temps que vous m’accordez. Prévoir une salle avec vidéoprojecteur.

      Bien à vous.

  14. Daniel Bergfeld dit :

    Bonjour,
    Ma mère a été cachée à Ecommoy (à partir de septembre 1944); elle y est arrivée, de Paris, grace à l’ordre des Pères de Sion.
    Elle habitait chez « une vieille dame » 10 rue du Docteur Rouleau et a été scolarisée à Notre Dame (ce qui l’a sauvée; les enfants juifs scolarisés à l’école municipale ayant tous été déportés)
    Sur ce lien, une photo de classe https://photos.app.goo.gl/33JGtvJKVgcR8rNw5
    On notera les fillettes au centre du premier rang portent une médaille (pupilles de la nation ou filles de prisonniers de guerre – comme ma mère).

    • Merci beaucoup pour ces informations. J’avoue avoir du mal à recenser tous les enfants cachés surtout que pour leur salut aucun document n’existe. Seule la mémoire préserve ces expériences précieuses mais douloureuses. Accepteriez-vous que je fasse figurer votre mère sur mon site?

      • Laurence Klejman dit :

        Une personne évoque un enfant caché àpartir de septembre 1944… ne s’agit-il pas plutôt de 43 ou 42?

  15. Courtes Geneviève dit :

    Yves Moreau vous expliquera sa méthode sa passion et aussi les difficultés de la recherche qui par définition evolue

  16. Counil dit :

    Bonjour,
    Avec les élèves nous préparons un sejour à Auschwitz en mars prochain en essayant de retracer le parcours des Juifs du Mans déportés pendant la 2e GM. Votre remarquable travail est noté source principale. Accepteriez-vous de venir rencontrer mes élèves pour leur expliquer la façon dont vous avez travaillé. J’enseigne au Lycee Yourcenar au Mans,
    Cordialement.
    Ch. Counil

    • Busson. dit :

      Bonjour,
      Une petite question, quand avez vous programmé votre voyage? et serait-il possible que 1 ou 2 personnes vous accompagnent?
      Mr Busson fils de famille de « Juste Parmi les Nations ».

      • Bonjour M. Busson. Êtes-vous informé que le 1re Forum des Générations de la Shoah se tiendra le 1er week-end de février (samedi soir, dimanche – ateliers, conférence, déjeuner, diner- et lundi pour ceux qui veulent visiter le Marais et découvrir Drancy). Le Forum est ouvert à tous les Justes et leurs descendants. contact https://forumgenerationsdelashoah.blogspot.com/ N’hésitez pas à me contacter par convoi77.org Laurence Klejman

      • Bonjour, je ne sais pas si vous avez reçu mon précédent message qui informait sur la tenue à Paris, le 1er week-end de février du 1er Forum des Générations de la Shoah, qui réunira des témoins, descendants (plusieurs générations…) de Juifs déportés, d’enfants cachés, etc, et de Justes et descendants de Justes.
        contact : http://forumgenerationsdelashoah.blogspot.com/
        ou moi, directement ici
        Bonnes fêtes !

  17. Ellen dit :

    Bonjour
    Auriez-vous un mail sur lequel vous envoyer une demande pour ma mère enfant cachée dans la Sarthe ?
    Merci

  18. JOFFE Thibaud dit :

    Bonsoir,
    Je suis toujours avec un grand intérêt toutes vos recherches sur ce site et découvert de nouvelles choses sur ma famille régulièrement.
    Je reçois par mail toutes les publications de ce site.
    Je vous félicite à nouveau pour tout ce travail,
    J’ai changé d’adresse mail,

    Mr JOFFE Thibaud

    • Merci beaucoup. Il est vrai que je continue à alimenter le site avec de nouveaux documents au fur et à mesure de leur découverte. En ce qui concerne votre famille je me suis concentré sur Zalman et Paulette mais c’est souvent le hasard qui préside à de nouvelles trouvailles.

  19. MORENCE' dit :

    NISAM SON EPOUSE ET SON ENFANT DE 8 ANS DEPORTES ET GAZES SUIVANT LE MEMORIAL CIMETIERE DE L OUEST AU MANS PAS DE TRACE SELON VOUS AUCUNE INFORMATION MYSTERE ? CONTINUEZ LES RECHERCHES. AUX ARCHIVES DEPARTEMANTALES DE LA SARTHE ET MEMORIAL SERGE KLARSFELD DISPARU OU ECHAPPE ?

    • J’ai suivi toutes les pistes possibles, Serge Klarsfeld, Yad Vashem, le consistoire, internet. Je n’ai pas trouvé de trace de la famille Nisam. Sur mon site j’ai demandé des informations, en vain. Je ne sais que penser de cette inscription. Vraiment désolé.

  20. MORENCE' dit :

    UN CERTAIN MEITLIS ADAM 09011928 PARIS DERNIERE ADRESSE CONNUE 04 BOULEVARD GAMBETTA LA FLECHE SARTHE RASSEMBLEMENT NICE CONVOI 68 DU 10 02 1944 MONSIEUR YVES MOREAU AVEZ VOUS TROUVE ? MYSTERE
    MEITLIS AGE 15 ANS ET DEMI SEUL SANS SA FAMILLE .

  21. 1011 dit :

    En lien avec les travaux de mémoire Déportés Sarthe, je me permets de vous envoyer des informations sur le travail que je réalise de mon côté.

    N’oublions pas aussi les camps français premier jalon vers les camps nazis ! C’est un sujet totalement méconnu, voire occulté par les français en général. L’art peut-il donner ou redonner la mémoire ?

    Plasticienne engagée, j’ai réalisé une série de photographies brodées intitulée « Lettres mortes » sur la rafle du Vel ‘hiv et l’histoire de Marie Jelen, enfant déportée.
    La série « Lettre morte  » sur : https://1011-art.blogspot.fr/p/lettre.html

    Mais aussi une seconde série intitulée » Enfant de parents  » sur les camps d’internement en France pendant la seconde guerre mondiale. L’oeuvre  » Enfant de parents  » est à découvrir sur (un lien permet l’accès à votre site : https://1011-art.blogspot.fr/p/enfant-de-parents.html

    Ces séries furent exposées à trois reprises à Chambéry en Savoie, Villard-Bonnot et à Uriage en Isère et j’espérerais cette oeuvre dans un lieu de mémoire.

    Serge Klarsfeld a salué ce travail.

    • Concernant modestement le département que j’ai étudié c’est-à-dire la Sarthe il a existé au moins 3 camps d’internement, pas de d’extermination. Celui de Mulsanne pour lequel une recherche a été conduite il y a quelques années, celui d’Auvours et celui de Coudrecieux dont je n’ai pas connaissance de travaux de recherche.
      C’est vrai qu’ils étaient la première étape vers Drancy et Pithiviers c’est-à-dire l’antichambre de l’extermination.
      Merci de vos remarques et bravo pour votre travail si émouvant.

  22. Cher M. Yves Moreau,

    Malka BLUMENSTOCK est née MICENMACHER; Son acte de naissance numéro 306 est ici
    https://szukajwarchiwach.pl/35/1753/0/2/103/skan/full/R0Ifh6F-aCU01BiPseUj9A

    Contactez moi par mél svp

    Jean-Pierre Stroweis

  23. Jean-Pierre Stroweis dit :

    Bonjour Yves, beau travail.

    BLUMENSTOCK Malka née MICEMRACKER : Son nom de jeune fille est en fait MICENMACHER.
    J’ai trouvé son acte de naissance;

    Je vous signale le site que je viens de mettre en ligne,

    • Merci de l’information. J’ai corrigé son nom de jeune fille.

      • Olivier Szlos dit :

        Bonjour Yves,
        Un superbe travail, ce site est extraordinaire, bravo et merci. Je vous signale que je suis le petit cousin de Malka Rajzla MICENMACHER BLUMENSTOCK, (ou cousine germaine eloigne au 2eme degre de on grand-pere.) Le nom de ses parents son Abram MICENMACHER (Lublin, 1857- 1920) et Marya Faiga ZILBERMEL (Lublin, 21 Octobre 1860 – 1929), je peu vous envoyer un lien pour leur acte de mariage. Son mari, Szlema Zelman BLUMENSZTOK est ne a Lublin en 1876 et decede a Vienne en 1936.
        Merci encore. Olivier

      • Merci monsieur pour vos compliments. J’ai rajouté les informations que vous m’avez communiquées sur votre grand tante.
        Je recherche une photo de Malka et de sa fille Anna. Si vous en possédiez et acceptiez que je la publie sur le site dites-le moi. Ce serait un grand honneur de les rajouter et de leur rendre cet hommage. Si vous souhaitez que je rajoute d’autres informations je suis à votre disposition.
        Bien à vous.

    • Olivier Szlos dit :

      Bonjour Jean-Pierre,
      Je suis content de vous avoir rencontre a Varsovie. C’est grace a votre travail et ce nouveau site que j’ai pu identifier ma cousine Malka Rajzla MICENMACHER BLUMENSTOCK. Et j’ai fait d’autres decouvertes. Merci.

    • Bonjour, je suis Laurence KLEJMAN membre de Convoi 77, l’association des familles et déportés de ce convoi (31 juillet 1944), avec lequel est partie Malka Blumenstock (et d’autres membres de sa famille). Vous pouvez entrer en contact avec l’association ou prendre connaissance de nos actions (essentiellement avec les scolaires, mais bien entendu avec les familles ou toute personne intéressée par ce convoi (ou d’autres). http://www.convoi77.org/

  24. Corbin dit :

    Étonné de ne trouver aucun commentaire sur la petite commune de Sainte sabine sur longéve
    Dans la Sarthe . De nombreuses familles ont accueilli de nombreux enfants juifs pendant les années 1942 à 1944 .

  25. Bernard LYON-CAEN, 14 rue Franklin 92400 Courbevoie dit :

    Préparant , pour la revue du Cercle de Généalogie Juive (Généalo-J) un article sur la famille LEVEN, je désire y insérer la photo de Georgette Blum, née Leven, qui figure sur votre site. Est-il possible que vous me l’adressiez en haute définition et m’autorisiez à l’utiliser ?
    Même chose pour celle celle d’Henri Hesse ?
    Merci d’avance.

    • Les photographies de Georgette Blum et Henri Hesse m’ont été communiquées par madame Laure MORIN-BAUMIER. Je l’ai donc contacté pour l’informer de votre projet et de votre demande. Elle m’a dit qu’elle vous fera parvenir la photo de sa grand-mère Georgette BLUM. Quant à Henri Hesse elle demande l’autorisation de vous la communiquer à son cousin Thierry Hesse.

      Bien à vous.

      • Ca, c’est extraordinaire. Laure Baumier est la petite fille de la soeur de ma grand- mère, née Bernheim. Si elle veut me contacter, je suis en Sarthe. Et je serais curieuse de voir la rapport généalogique avec Monsieur Lyon- Caen ?
        Présente sur Geni , Geneanet, Ancestry, Jewishgen et la cercle de généalogie juive.

        En vous remerciant, Jessica Christophe.

      • Je transmets votre message à Laure Baumier pour qu’elle prenne contact avec vous

      • C’est un positif. Nous sommes cousines. Nos grand-mères sont soeurs. Merci infiniment.
        Jessica

      • Bernard LYON-CAEN, 14 rue Franklin 92400 Courbevoie dit :

        L’article sur la famille LEVEN paraîtra en principe fin décembre. Je le communiquerai volontiers à celles et ceux qui s’y intéresseraient en m’adressant leurs coordonnées d’envoi (adresse postale ou électronique) à : bf.lyon-caen@orange.fr

  26. Natacha Wawrzyniak dit :

    Bonjour,
    Je cherche à contacter M. Olivier Cahen car j’ai découvert cet été sur le site du Cercle de Généalogie Juive qu’il avait posté un sujet concernant sa recherche de descendants de Georges Cahen, né à Metz en 1904 (devenu Calien en 1945). Il s’avère que je suis sa petite-fille.
    Je serais donc très heureuse de rencontrer M. Cahen (le hasard fait que je réside également dans la Sarthe !). Merci infiniment pour votre aide.
    Natacha (06 70 56 55 86)

  27. Danny Reed dit :

    Thank you for this website. My great Uncle, Harry Rabinowitz, was a passenger on the St. Louis. In your research did you find out why he was sent to Le Mans, or why any St. Louis passenger was sent to whatever towns they went to after disembarking from the St. Louis?
    My grandmother was his sister. She and her husband emigrated to Cuba from Kybarti Lithuania in 1927. Harry was supposed to join them in Cuba.

    • Olivier GUIVARC'H dit :

      It is the Ministry of the Interior and the Police that affects the refugees in contact with the Joint Distribution Comittee : on June 26th, 1939, 49 people leave for Poitiers, 65 for Le Mans, 33 for Laval, 18 for the Center of Martigny (department of Vosges), the rest is managed on Paris to be distributed in other cities.

  28. Helene Frisch dit :

    Je voudrais tout d’abord vous féliciter votre remarquable travail sur l’histoire des juifs de la Sarthe. J’y ai trouvé des documents sur ma mére Denise Piron, née Lévy, non déportée, que je n’aurais jamais pensé à chercher. Vous pouvez être interessé à connaître ses liens avec Chemiré-le-Gaudin et ses lieux de résidence après le séjour à Chemiré.

    Ma mére, professeur agrégée d’allemand était de Paris. Son mari, Robert Piron, ingénieur du Génie Maritime était du Mans. Cétait le fils d’Auguste Piron, décédé tragiquement en décembre 1936. En son souvenir la ville du Mans a donné son nom à une rue et à une école.

    Au printemps 1940 ma mère a rejoint son mari, affecté à l’arsenal d’Indret. A l’arrivée des allemands mon père a été embarqué pour Toulon. Enceinte elle est restée à Nantes, jusqu’au moment de ma naissance en août 1940. C’est de là qu’elle a été à Chemiré-le-Gaudin, à La Sauvagère, une propriété appartenant à Lucien Trouvé, un oncle de mon père. Comme indiqué dans le dossier de ma mére, après Chemiré, elle a été à Toulon rejoindre mon père. C’était en novembre 1940. Ils y sont restés environ un an. Ensuite ils ont été près de Lyon pendant à peu près un an. Ma mére a eu un deuxième enfant. En novembre 1942, quand la zone Sud a été occupée, ils ont partis à Grenoble en zone italienne. Puis quand les allemands ont remplacé les italiens, ma mère avec ses deux jeunes enfants s’est d’abord éloignée un peu de Grenoble, et ensuite a été dans de la famille près de Limoges, puis chez des amis près de Roanne. Après la libération de Grenoble en août 1944, elle est retournée à Grenoble où elle a retrouvé un poste de professeur d’allemand. En septembre 1945 la famille est rentrée à Paris. Il me semble que c’est un parcours typique pour une famille juive française qui a pu survivre grâce à l’aide de nombreux amis et parents, en vivant avec de faux papiers et en prenant beaucoup de précautions.

    Les liens avec Chemiré-le Gaudin sont restés très forts après la guerre. Nous passions à La Sauvgère, et aussi au château de Belle-fille, une autre propriété de Lucien Trouvé, une bonne partie des vacances d’été et les vacances de Pâques. J’ y ai mes meilleurs souvenirs de vacances. Ces deux propriétés sont toujours dans la famille de Lucien Trouvé. Deux petit-fils sont devenus propriétaies et en prennent grand soin. Habitant près de Nice je n’ai malheureusement pas eu l’occasion d’y retourner.

    Vous donnez dans le dossier sur ma mère l’arrêté d’interdiction d’enseignement d’octobre 1940. J’aurais aimé trouvé un arrêté de l’automne 1944 la nommant professeur à Grenoble. Peut être les Archives Départementales de Grenoble possèdent-elles un tel document. En tout cas il n’est pas numérisé.

    Pour terminer, j’ajouterai que ma mère est toujours en vie. Elle a cent ans mais la tête encore assez claire. Enfants et petit-enfants nous essayons de reconstituer le parcours assez compliqué des années de guerre. Ses souvenirs à elle et un site comme le votre sont une grande aide.

    Hélène Frisch, née Piron.

    • david dit :

      C est une erreur mon frère ne 20 septembre 1931 n est pas un demi frère c est le mien szabmacher Charles ma maman est dajczer Sara je suis née a vitrage sarthe 1944 sous le nom de Liliane lesourd ma mère m a reconnu en 1945

  29. STEINBERG Alain dit :

    Je suis un neveu de Steinberg Salomon Sylvain, j’ai découvert par votre site, qu’il fut déporté après avoir résidé dans la Sarthe.
    Quelques petites erreurs : Sylvain était le fils de Lazare STEINBERG et non STEINGERG,
    il était né à PODGORZE en Pologne et non à PODGORGE.
    Je dispose, si vous le souhaitez de la photo originale (donc de meilleur qualité) de celle de votre document YV-2. Votre photo provient soit de Yad Vashem, ou du mémorial de la Shoah à Paris. C’est une photo partielle (à droite figure mon père). A Yad Vashem elle fut transmise par ma Tante Annie Steinberg, en revanche l’autre fiche de yad vashem de Kh. Vilerfurt est en réalité celle de Baruch Willerfort, le mari de Annie (Steinberg) et Beau-frère de Sylvain.

    • Bonjour, je viens de trouver vos précisions au sujet de Sylvain Steinberg et de ses proches. Par un hasard remarquable, je viens de trouver une seule référence à Annie Steinberg dans une lettre de septembre 1942. Voici le passage de cette lettre où Annie est mentionnée :
      « … au camp où j’ai été avec Annie Steinberg, celle-ci m’a demandé si Cécile et Germaine ne pouvaient pas venir chez elle, elles y seront bien soignées. » Le camp en question se trouvait dans le Gers, probablement à côté de Condom.
      Annie faisait-elle partie d’une organisation qui s’occupait d’enfants juifs ?
      Contactez-moi par mon site Internet : http://www.levendel.com et laissez-moi un message, ce qui nous permettra de nous écrire par mail. J’habite à Chicago.

  30. souris grise dit :

    bonjour .

    c’est tout à fait par hasard que je suis arrivée sur votre site ( à cause du problème des stats ) …je ne suis pas juive ,( je suis catho ) mais je trouve que vous faites un travail remarquable …je vais vous mettre sur mon bloggroll car votre site peut intéresser d’autres personnes ..
    ces recherches sont très importantes …

    recevez mes amitiés .
    Chris .

  31. Bonjour, sur les dossiers concernant Léon et Marguerite ZELCER, vous notez « refoulé des côtes bretonnes ». S’agit-il de votre propre formulation ou d’une expression trouvée dans des documents ? Par ailleurs, concernant Rachel SZLACHTUZ vous indiquez arrivée à Douarnenez 6 rue Anatole France le 19 juin 1940 (524W17) et départ de Douarnenez à destination du Mans le 4 juillet 1940 (524W17), mais le document de référence mis en lien ne porte pas de nom de famille, pouvez-vous m’assurer que cette information la concerne ? Ces questions, car je prépare, pour une revue d’histoire locale, une biographie des personnes juives ayant résidé à Douarnenez, avant leur déportation. Merci infiniment.

  32. Hélène dit :

    Bravo pour votre magnifique travail

    • Geneviève courtes dit :

      J attends de Caen les sources que vous signalez sur simone blass convoi 62 sur laquelle j ai produit un article sous le nom de Sarah blassl adresse au mans est fausse

  33. je ne sais pas utiliser facebook à propos de simone blass convoi 62 et vos nouvelles sources de novembre 2015 de caen

  34. gagaismine dit :

    Je trouve votre site que j’apprécie beaucoup parce que vous sortez de l’anonymat ces braves personnes qui font partie de ma famille humaine. Je recherchais Aron Skrobek dit David Kutner, Juif Polonais NN né le 14/1/94 mort à Natzweiler le 21/7/43. Mes sites point com natzweiler-struthof et callmeandre

  35. Louis Dupleix dit :

    Bonjour, je vous signale une erreur dans la fiche de Georgette BLUM (née LEVEN). Son premier mari s’appelait Jacques Georges GILLES et non Gilles Jacques ROGER. Il était sous-lieutenant au 2e groupe d’aviation du 42e Régiment d’Artillerie, mort le 28 septembre 1918 au nord-est de Auve (Marne). Il a été tué d’une balle en plein poumon alors qu’il survolait les lignes allemandes.

    Ces informations me viennent d’une lettre de la mère de Georgette à mon arrière grand-père Pierre Rousseau Vellones. Il correspondaient depuis que mon arrière-grand-père leur avait annoncé la mort de son ami Jacques LEVEN, le frère de Georgette, en 1914.

  36. John T dit :

    Merci pour ça. C’est fantastique. Je suis l’arrière petit fils de Ernst Teltsch (cité dans les déportés de Tuffee). Hanus, le fils d’Ernst et frère de Thomas, est mon grand pere. Nous habitions à les etats unis. Je me tellement apprècie cette researche ici. Beaucoup

    • Merci beaucoup d’avoir apprécié les recherches concernant votre arrière grand père et votre grand oncle. Cela nous a beaucoup touché car ils ont été arrêtés dans le village que j’habite. Votre grand père vous en a peut-être parlé. C’est un homme au destin et aux qualités extraordinaires. Je suis fier de l’avoir connu et de pouvoir vous être utile.
      Je suis à votre disposition pour d’autres informations. Si vous venez en France je serai heureux de vous rencontrer.
      Bien à vous.

  37. Eliane-Claire POULMARC'H-LEFEVRE dit :

    Bonjour, la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA DEPORTATION et les Amis de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA DEPORTATION dont je suis Présidente pour le département des Côtes d’Armor, fait des recherches avec un chercheur professeur d’histoire sur les Juifs passés par le 22 puis envoyés dans la Sarthe afin de compléter nos recherches nous aimerions joindre des photos de ces familles Juives, nous autorisez-vous de les prendre sur votre site ( avec mention de la source bien sûr) afin de nous éviter de nous déplacer aux archives;
    Merci et si nous pouvons vous renseigner n’hésitez pas à nous le demander.
    cordialement,
    Eliane-Claire POULMARC’H-LEFEVRE

    • Bonjour,
      Je vous joins la réponse que je viens de faire à M. Jimmy Tual :
      La majorité des informations concernant les déportés juifs passés par les Côtes d’Armor proviennent des Archives Départementales de la Sarthe. Or je signe tous les ans un « contrat de licence gratuite de réutilisation des données publiques dans le cadre d’une activité à caractère scientifique ou pédagogique » qui précise que « je ne peux céder à des tiers le droit de réutiliser les données que j’ai obtenu par la présente licence « . Ca peut paraître administratif et tatillon mais je pense malheureusement pour vous que si vous souhaitez utiliser ces informations il vous faudra soit créer un lien vers les articles de mon site qui vous intéressent soit venir aux Archives de la Sarthe et vous y déclarer lecteur. Dans tous les cas la gratuité n’est accordée qu’en cas de publication par internet ne donnant pas lieu à recette commerciale ou publicitaire.
      Je suis vraiment désolé de vous faire ce type de réponse mais je ne suis pas maître des conditions que nous impose les Archives Départementales de la Sarthe.
      J’avais moi-même retrouvé des traces de ces personnes dans le livre-mémorial de Marie-Pierre et Pierre Klein. Si vous aviez des informations supplémentaires concernant ces déportés je serai très heureux de les ajouter sur le site ou si les conditions des archives des Côtes d’Armor sont aussi restrictives que celles de la Sarthe en m’y rendant personnellement.
      Bien à vous.

  38. TUAL Jimmy dit :

    Bonjour, bravo pour tout le travail de recherche effectué ! Je fais partie des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation des Côtes-d’Armor (A.F.M.D. 22). J’ai retrouvé plusieurs victimes des persécutions racistes liées aux Côtes-d’Armor sur votre site. Dans quelle mesure pouvons-nous utiliser vos infos et notamment les photos ? Par exemple sur le site memorial genweb si je leur crée des fiches… Si oui, quoi mettre en source ? Votre nom Yves MOREAU ?

    Cordialement, Jimmy TUAL.

    • Bonjour,
      La majorité des informations concernant les déportés juifs passés par les Côtes d’Armor proviennent des Archives Départementales de la Sarthe. Or je signe tous les ans un « contrat de licence gratuite de réutilisation des données publiques dans le cadre d’une activité à caractère scientifique ou pédagogique » qui précise que « je ne peux céder à des tiers le droit de réutiliser les données que j’ai obtenu par la présente licence « . Ca peut paraître administratif et tatillon mais je pense malheureusement pour vous que si vous souhaitez utiliser ces informations il vous faudra soit créer un lien vers les articles de mon site qui vous intéressent soit venir aux Archives de la Sarthe et vous y déclarer lecteur. Dans tous les cas la gratuité n’est accordée qu’en cas de publication par internet ne donnant pas lieu à recette commerciale ou publicitaire.
      Je suis vraiment désolé de vous faire ce type de réponse mais je ne suis pas maître des conditions que nous impose les Archives Départementales de la Sarthe.
      Bien à vous.

  39. eric jozsef dit :

    Cher Yves Moreau, je vous remercie infiniment pour votre travail remarquable. J’ai trouvé sur le site des documents concernant ma grand mère Sarah Jozsef (orthographiée par erreur Joszef) et ses trois enfants dont mon père Robert Claude. Je me permets de vous déranger pour savoir si par hasard vous aviez des informations concernant
    1/ Marie Glowinska, la mère de Sarah Jozsef qui était, semble-t-il, cachée avec elle dans la Sarthe
    2/ S’il existe des traces de la présence de mon père, de son frère Jean-Jacques, de sasoeur Hélène, dans des archives communales ou scolaires de Saint-Mixent ou La Ferté-Bernard
    3/ Enfin, j’aimerais énormément trouver des informations sur la ou les personnes qui au « Bourg de Saint-Mixent » les ont aidés à se cacher durant tous ces mois.
    Par avance, un grand merci
    Eric Jozsef
    e.jozsef@mclink.it

  40. Busson dit :

    Bonjour, félicitation pour vos travaux. Mes parents justes parmi les nations ont hébergés des enfants de confession juive pendant l’occupation à Mansigné; Voilà de quoi alimenter votre travail

  41. durecu dit :

    je suis arrière petit fils de smil wainstain mort a Auschwitz.si vous avez des renseignements.merci.

    • Je suis vraiment désolé mais je n’ai pas trouvé ce nom au cours de mes recherches. Par contre j’ai été contacté par le docteur Claude Wainstrain qui est un homonyme de votre grand-père. Peut-être est-il de sa famille? Je vous envoie son adresse par mail séparé.

  42. olivier kantorowicz dit :

    je suis le petit fils de mme Kantorowicz Szejna. Je tenais a vous feliciter.Vous avez effectue un tres bon travail. Grace a vous sa carte d identite figure sur votre site et nous avons appris des elements nouveaux. Nous avons aussi pris connaissance de sa photo qui nous etait inconnue jusqu a present. il est indique que son fils michel est ne en juin 40 alors qu il s agit de mars 40. Aussi ma grand mere est rentree a Paris ensuite et par chance n a pas etait deportee. Malheureusement son mari l a etait et son fils aine est mort dans la resistance.

    • Merci monsieur. J’ai corrigé la date de naissance de Michel et j’ai rajouté quelques documents. J’ai trouvé au mémorial son mari Symcha mais pas son fils ainé Israël car en tant que résistant il n’est pas pris en compte dans la shoah.

      • olivier kantorowicz dit :

        c est sur surtout qu il a du prendre un nom emprunt . Il a donc ete difficile pour nous de connaitre les circonstances de sa mort.

  43. Lily dit :

    Je souhaite vous faire part de la nomination comme justes à Yad Vashem de la famille Georges et Yvonne Marie (voisins des Côme) à Lavaré. Ils ont accueilli la famille Liberman et grâce à eux je suis là.

    • Merci de cette information. Il faudra que je fasse une rubrique pour les Justes de Sarthe. Je connais bien Charles Cimerman qui a acheté la maison des Côme et y vient régulièrement. Accepteriez vous que je fasse figurer la famille Liberman sur mon site au titre des personnes cachées?

    • Patrick Klebaner dit :

      Merci pour eux. Je reviens de Yad Vashem et vous avez fait une démarche qui vous honore également.

  44. weinstein dit :

    Bonjour je viens de découvrir des documents que vous avez mis en ligne de mon arrière-grand mère paternel que nous n’avions pas comment avoir des copies des originaux
    https://lesdeportesdesarthe.wordpress.com/lioubaroff-malka-nee-rousabrew/

    merci pour votre reponse

    • Bonjour,
      Tous les documents que j’ai fait figurer proviennent des Archives Départementales de la Sarthe à la cote 4M462 comme indiqué sur mon site. Si vous vous déplacez au Mans je veux bien vous accompagner pour vous apporter mon aide.
      Bien à vous

  45. DAVID liliane dit :

    je vous remercie de m’avoir répondu, mais c’était juste pour dire les déboires de maman et moi même. Car je n’ai plus l’envie ni la force de m’occuper d’indemnisation. à ce jour. maman a tout perdu elle était toujours très malade je me suis occupée d’elle jusqu’à la fin de sa vie. Car les dernières années étaient très difficile elle était 24 h sur 24 sous oxygène.Je suis veuve cela va faire 3 ans le 20 juillet. Mais sincèrement merci. De toutes façons 34 bd de la villette l’immeuble n’existe plus. alors…..Je suis moi même très fatiguée

  46. DAVID liliane dit :

    je suis contente de voir ma maman sur internet sara dajczer veuve szabmacher elle a perdu tout ses biens sans aucune compensation à paris 34 boulevard de la villette

    • Merci. Si vous avez d’autres informations que je puisse mettre sur le site merci d’avance. Je pense que votre mère n’a pas été déportée et que vous êtes née après 1943 car je n’ai trace d’une fille Liliane dans mes recherches.
      Bien à vous

      • DAVID liliane dit :

        Merci pour votre e.mail, vous avez raison j’ai eu un demi frère charles szabmacher qui est né le 20 septembre 31 et décédé en 1998. Je suis née en 1944 d’un père monsieur lesourd Yves elle était réfugiée chez lui et l’a quitté peu après. J’ai été élevée par ma maman , je suis juive de coeur et dans mon ame , je n’ai connu que la famille de maman frères et soeurs et cousins cousines. Maman est venu à toulon avec moi en 1953 car elle est venu pour rejoindre mon frère charles qui était à ce moment là engagé dans la marine nationale de toulon. En 1961 nous nous sommes rendu au tribunal de cologne en Allemagne mais pour toucher c’était trop tard. Toute la famille a bénéficié du widergudmarung . Elle m’a déclaré dans la Sarthe à vibraye 72 en 1945 , mais je ne sais pas la raison avant on ne pensait pas de questions à ses parents. Si vous avez de plus amples renseignements je serai heureuse de le savoirJe suis née le 19 juillet 1944.Elle a eu à nouveau sa pension de veuve de guerre en 1955 entre temps elle a travaillé pour m’élever.

      • CAHEN Olivier dit :

        il existe depuis plusieurs années à Paris ( créée sous Chirac-Jospin ) une commission d’indemnisation des spoliations concernant les juifs et descendants ( non indemnisés par l’allemagne) . Il faut présenter un dossier ( commission ratachée aux services du premier ministre)

  47. Patrick Klebaner dit :

    Bonjour,

    J’ai interrogé ma cousine (84 ans) qui n’a pas souvenir du nom « Marcovici ». En revanche, elle se souvient très bien que l’on est venu chercher aux Ets Rustin, une femme et sa petite fille. Peut-être était-ce Berta Marcovici et sa fille?
    D’autre part, j’ ai fait une erreur concernant l’école qui a accueilli ma cousine : il s’agissait en réalité d’un collège publique (à l’époque Cours complémentaire) situé dans l’environnement du Chatre sur le Loir.
    Encore bravo pour votre travail.

    • Parmi les personnes présentes à cette époque à La Chartre sur le Loir il y avait Aron BOES, Julien et Oscar HIRSCH et je viens de trouver Chil ROSENBERG. Je ne sais si ces noms disent quelque chose à votre cousine. Plus de 70 ans après c’est un peu difficile

  48. Patrick Klebaner dit :

    Bonjour,

    Une belle-soeur de mon père (un de mes tantes) a été « cachée » avec ses filles au Chatre sur le Loir par M.Rustin, le patron de l’usine fabrisquant les rustines. Elle travaillait déjà pour cette entreprise et M.Rustin l’a emmenée avec lui lorsqu’il a rapatrié ses bureaux dans la Sarthe. De même, la fille aînée de ma tante aété accueillie dans une école tenue par des soeurs (qui savaient que c’était une enfant juive). Elles ont ainsi été sauvées de la déportation.
    Aviez-vous connaissance de ce fait ?
    Merci et bravo pour votre travail.

    Patrick Klebaner

    • Bonjour,
      Merci de vos informations. J’ignorai ce fait. La seule personne recencée sur mon site et qui travaillait aux établissements Rustin est Berta MARCOVICI. Est-elle parente avec vous?

      • Patrick Klebaner dit :

        Bonjour, merci pour votre réponse. Non, je n’avais pas connaissance de Berta Marcovici, mais je demanderai à ma cousine germaine qui était réfugiée avec sa mère (et donc aussi la grand-mère, ce que j’ai découvert grâce à vous et je vous remercie d’avoir rectifié son nom). Elle était petite (9 ans en 1940) mais peut-être se souvient-elle de cette personne.

  49. Florent Clavel dit :

    Bonjour, Je suis journaliste à LMtv Sarthe, la télé locale. Je cherche à joindre M. Cahen. Auriez-vous ses coordonnées ? Merci, Florent Clavel 06 41 93 53 42.

  50. JOFFE Thibaud dit :

    Merci pour tout ce travail, cela m’a permis de trouver des infos supplémentaires en plus des documents d’état civil laissés par mon père.
    Cherche des infos supplémentaires sur mes grand parents paternels JOFFE Zalhman et Starck Marguerite et ma tante JOFFE Paulette morte en déportation en 1943

  51. DUBOIS dit :

    Bonjour M Moreau, nous sommes un centre de formation d’apprentis (CCI Le Mans Sarthe) et nous travaillons sur un projet en histoire qui porte sur la déportation des juifs durant la 2nde Guerre mondiale. Dans le cadre de ce projet en lien avec le Conseil Régional, la visite du Mémorial de la Shoah et d’Auschwitz-Birkenau est prévue en février 2014 . Un travail préparatoire doit être réalisé en lien avec l’histoire locale. Nous souhaiterions nous appuyer sur vos connaissances sur ces événements locaux pour nous conseiller et échanger avec nos jeunes.
    Nous espérons vous rencontrer pour échanger sur ce projet.
    Cordialement
    Véronique Brossier Formatrice Histoire-géo vbrossier@edu.cciformation.net
    Sophie Dubois Conseillère pédagogique sdubois@cciformation.net
    02 43 40 60 84

  52. Brilleaud Marie dit :

    Monsieur Moreau,
    je me souviens quand vous étiez entré en contact avec moi à propos d’informations que vous aviez sur ma famille. Malheureusement, sur votre page que je viens de trouver tout à fait par hasard,des erreurs ont été faites et j’aimerais que vous me contactiez pour faire des rectifications.

    Sincèrement.

  53. REINBOLD hervé dit :

    j’ai fait une recherche via google qui me redirige vers votre site. Dans le resumé qui s’affiche de ma recherche j’ai cela qui apparait mais je ne trouve rien sur votre fiche. Cette personne pourrait correspondre a quelqu’un de ma famille. voila ce que je trouve en résumé sur google sous votre lien mais que je ne trouve pas sur le site :

    « recensée comme catholique sur déclaration n° 1 du 12 octobre 1940 (616W109) ….. Lors de cette opération policière, M. Jean Blum en promenade dans le parc de …… le 24 août 1940 ; précedemment il était domicilié rue de Saverne à Brumath …… Il arrive à se faire embaucher dans un atelier de mécanique, situé aux … »

  54. Yagil, Limore dit :

    Je suis intéressée par le travail sur les juifs au Mans, et en particulier par des informations qui relatent l’aide aux juifs dans les départements de la Sarthe et de la Mayenne.
    J’ai publié dans la Revue d’histoire Guerre Mondiale et Conflits Contemporains, un article sur le sauvetage des juifs dans la Sarthe, en 2010, et un complément d’informations se trouve dans mon ouvrage : La France terre de refuge et de désobéissance civile 1936-1944: l’exemple du sauvetage des juifs, Cerf 2010-2011.

    Voici mon mail: ylimore@yahoo.fr
    Je remercie d’avance toute personne qui acceptera de me fournir des informations.
    Limore Yagil
    Historienne

  55. Hublin dit :

    merci beaucoup pour votre site et le travail de recherches effectué. Je vous suis très reconnaissante de m’avoir permis la déclaration aux autorités de la tante de mon mari Jouar Salomon née Zimero et son fils Jacques. Non déportés, ils ont en effet échappé aux arrestations, protégés par Emile Landais, garagiste au Mans qui les cacha dans sa maison de Sillé Le Philippe, puis à la suite d’une dénonciation, ils furent cachés dans la ferme de la famille Barrié . Ces renseignements m’ont été donnés par Jacques avant son décès en 2012. J’ai l’intention d’écrirel’histoire de cette famille pendant la guerre.
    Cordialement
    Martine Hublin

    • Bonjour Madame, mes parents habitaient la maison en face de celle de Mr et Mmme Landais et de Jacques à Sillé-le-Philippe. Ce furent des voisins d’une extraordinaire gentillesse.Ils sont inhumés au cimetière de Sillé-le-Philippe à coté de la tombe de mes grands-parents paternels .Si cela est possible ,je voudrais que vous m’adressiez un exemplaire du livre que vous avez l’intention d’écrire sur cette famille que mes parents et moi liront avec émotion.
      Avec tous mes remerciements.
      Gérard Guitton

      • Hublin Martine dit :

        Bonjour Monsieur, très heureuse que vous me contactiez et d’apprendre que vous connaissiez si bien cette famille. J’ai très bien connu cette maison de Sillé où nous étions si bien reçus. J’ai écrit une douzaine de pages en hommage à Jacques, c’est son histoire et celle de notre famille surtout pendant la guerre, je vous les ferai parvenir avec plaisir. Peut être pourrez-vous m’apporter des informations que je n’ai pas eues.
        très cordialement
        Martine Hublin

  56. claude wainstain dit :

    A propos de Meyer Garelick :
    Les Garelick était voisins de ma mère, au 14 rue Rambuteau à Paris. Ils étaient fourreurs. Un jour, peu après la rafle de 1942, leur fille a montré à ma mère un papier rose, – elles étaient du même âge, une vingtaine d’années, – lui expliquant qu’en travaillant dans la fourrure, réquisitionnée pour l’armée allemande, on bénéficiait d’un laisser-passer qui protégeait les membres de sa famille.
    Ma mère a donc réussi à se faire embaucher comme « ouvrière fourreuse ». Tout a bien fonctionné jusqu’au 19 mars 1943, date où ces ouvrières et leurs familles ont été arrêtées et internées à Drancy.
    Le lundi suivant, par miracle, toutes étaient libérées. La population de Drancy les attendait même à la porte du camp avec de la nourriture.
    Je suppose qu’il y avait eu maldonne avec les autorités allemandes, et qu’elles avaient été arrêtées pour compléter un convoi de 1000 personnes avec les Juifs raflés en zone Sud et arrivés du Camp de Compiègne, qui ne faisaient pas le nombre.
    Après la guerre, les Garelick habitaient toujours 14 rue Rambuteau, et mon plus ancien souvenir, je devais avoir 2 ans 1/2, est d’avoir assisté à un mariage dans leur logement, assis sous la table…
    L’histoire de ces quatre jours passés à Drancy ne semble pas avoir été écrite.

    Merci et félicitations pour votre remarquable travail.
    Dr Claude WAINSTAIN
    auteur de « Judéopostale » Biro éd. Paris 2007

  57. Avec l’aide de sa famille survivante, j’ai écrit la biographie de Hersz Pawlowski, qui après avoir échappé des rafles de la Sarthe, combattit au sein des FTP-MOI parisiens du groupe Manouchian, puis avec les mineurs polonais du bassin minier de Montceau, en Saône-et-Loire. Il y fut arrêté le 7 octobre 1943 et mourut aux mains des Allemands à Chalon-sur-Saône, le 13 novembre 1943. Je propose de vous envoyer cet article, et serais désireux d’obtenir quelques précisions sur les documents figurant aux archives départementales de la Sarthe… Comment dialoguer avec vous ?
    Gérard Soufflet – Paris (mail : gerard.soufflet@free.fr)

  58. szmerla dit :

    je suis le fils de MONSEUR SZMERLA ISAAC,cet arlicle et t il vrai?merci d une reponse.roger’ szmerla.

    • Toutes les informations sur le site concernant votre père proviennent des archives départementales de la Sarthe, département où se trouvait votre père pendant la guerre. Je suis à votre disposition pour vous fournir toutes informations.

  59. DONNÉ Jacqueline née GOLDSTEIN dit :

    Bonjour,

    Je suis la fille de Avram GOLDSTEIN et je souhaiterais que vous me contactiez au 0243765190 afin que vous apportiez une correction à l’une des informations concernant mon père.
    Je vous en remercie par avance.
    J. DONNÉ

  60. LAGREE Thierry dit :

    Bonjour,
    Je suis le petit fils de Raphael LEVY (cité dans les non déportés). Vous avez quelques informations que j’aimerais vérifié avec vous.

    Cordialement,

  61. Dr CAHEN Olivier dit :

    si vous me communiquez votre e-mail par courriel je vous adresserai la partie de ma conférence sur l’histoire des juifs du Mans qui vous concerne avec le document de travail. J’ai renoncé à éditer ou à faire des articles comme proposé mais je suis sensible à votre travail de mémoire (pour ma part famille de Moselle : 19 victimes de la Shoah :voir site judaïsme alsacien et lorrain)
    Cordialement

    • Monsieur Cahen,
      votre texte m’intéresse. je suis en contact avec Yves Moreau.Un reportage passe d’ailleurs sur son travail ce soir 3 juillet à 19h15 sur France 3 Maine.

      • Olivier Cahen dit :

        Message reçu à 01h30…le 4/7…
        Vous pouvez me contacter directement si besoin. Y.M. a mon adresse e-mail.

    • Annie Claire Blum dit :

      Bonjour,
      Je fais des recherches généalogiques sur ma famille et votre épouse Alice Blum en faisait partie. Sa grand-mère, Pauline Haaker était la soeur de mon arrière-grand-père Marx Bigar (Bickart). J’aimerais vous poser quelques questions si cela ne vous ennuie pas. Merci d’avance.
      Annie Claire Blum

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s