NUTTGENS Léo

nuttgens-leo

Archives Départementales de la Sarthe

Grade : officier de police
Profession normale : tourneur sur fer puis secrétaire de police criminelle
Fonction de 1940 à 1944 : chef de la Gestapo du Mans de 1941 à début 1943
Age actuel : 43 ans environ [en 1945]
Missions accomplies : dirigeait la Gestapo dans le département de la Sarthe [en réalité la SIPO-SD]
Degré d’attachement au national-socialisme : nazi enragé
Zèle déployé : fut d’une activité débordante dès son arrivée au Mans, y fit régner une réelle terreur. Son arrogance et ses allures prétentieuses lui valurent même des antipathies nombreuses parmi son personnel et les autres milieux allemands. S’est acharné particulièrement sur les Juifs et les communistes, n’avait que du mépris pour les Français.
Taille : 1,82 m environ, svelte, épaules tombantes, cou allongé, visage long, teint glabre, rasé, nez long et droit, yeux gris clairs, bouche large, porte des lunettes, cheveux châtains grisonnants, regard froid et scrutateur, parle le Français incorrectement avec un accent trainant, l’a appris par assimilation au cours de séjours en France, parle aussi un peu le suédois, pays où il a séjourné. Fut muté à Nice au début de 1943.
NUTTGENS fut le premier chef de la Gestapo au Mans. Il s’avéra tout de suite comme un individu effronté, orgueilleux, prêt à traquer tout ce qui est de près ou de loin osaient tant soit peu afficher des opinions contraires à la collaboration. Dans son insolence il avait exigé dès son arrivée au Mans que M. le préfet lui fasse une visite. Ce dernier protesta auprès de la Feldkomandantur qui partagea entièrement le point de vue de M. le préfet, et fit comprendre aux sieur NUTTGENS qu’il lui appartenait de se présenter le premier à M. le préfet. Il se signala particulièrement par sa férocité à l’égard des Juifs qu’il fit déporter en masse en Pologne. Sous sa direction, les Juifs furent spolié et maltraité par ses sbires, et malheur à ceux qui ont osaient intervenir pour rendre leur sort un peu plus humain. Il en fut de même pour les communistes qu’il recherchait particulièrement. Il éprouvait une haine sans bornes contre tout ce qui lui paraissait être des ennemis du national-socialisme parmi lesquels figuraient également les membres du clergé qu’il brimait chaque fois que l’occasion se présentait. Sa mutation à Nice amena un réel soulagement, non seulement parmi les Français, mais même dans les rangs des militaires allemands qui craignaient sa violence et étaient dégoûtés de son arrogance outrecuidante.[Toutes ces informations proviennent d’un rapport de 1945 du chef-interprète de la préfecture de la Sarthe Edmond SPIESS]

Les courriers de Léo NUTTGENS trouvés aux Archives de la Sarthe:
3 juillet 1942
6 juillet 1942
10 juillet 1942
11 juillet 1942
11 juillet 1942
27 juillet 1942
29 juillet 1942
30 juillet 1942
6 août 1942
19 août 1942
2 septembre 1942
3 septembre 1942
16 septembre 1942
24 septembre 1942
26 septembre 1942
2 octobre 1942
14 octobre 1942
16 octobre 1942
13 novembre 1942
25 novembre 1942
20 janvier 1943
23 mars 1943
24 avril 1943