JOSEPH Hertha née JACOB

47 ans
orthographe mémorial : JOSEPH Erta
née le 14 décembre 1895 à Janovitz (2000W248)
née le 14 décembre 1928 en Allemagne (mémorial)
nationalité allemande (2000W248)
sans profession (524W57)
mariée, un enfant (524W57)
épouse de Bruno
mère de Brigitte
dernier domicile en Allemagne Berlin (524W57)
elle fait partie des réfugiés du paquebot Saint Louis ayant transité par la Sarthe (2000W248)
l’errance des Juifs du paquebot « St-Louis » (Diane Afoumado)
arrivée en France en juin 1939 (524W57)
arrivée au Mans [Sarthe] le 5 juillet 1939 (524W45)
habitant 21 rue de l’Australie au Mans (2000W248)
elle figure sur le recensement des Allemands du 6 août 1940 (524W57)
elle ne vit que du secours alloué aux réfugiés par le comité américain « joint » (524W57)
lettre du commissaire central de police du Mans [Pierre DAREY] au préfet de la Sarthe [Maurice GEORGE]du 23 août 1940 (524W57)
recensement des israélites n° 59 du 18 octobre 1940 (616W108)
« elle a quitté notre ville [Le Mans] le 29 novembre [1940] pour se rendre à Chateauroux » (2000W248)
lettre du commissaire central de police du Mans au préfet de la Sarthe du 10 janvier 1941 [Jean DISSARD] (2000W248)
« parti Limoges » (670W167)
« Bruno, 48 ans, coupeur, et Herla née Jacob, 24 ans, et Brigitte, 12 ans, sont arrêtés à Monbalen parce que juifs et internés au Camp de Sauvaud à Casseneuil, provenance Monbalen, arrivée au lieu d’internement août 1942 » (site AJPN)
Benno et Herta [JOSEPH]  ont été des passagers du paquebot St. Louis qui a tenté de gagner Cuba avec sa cargaison de 937 Juifs allemands munis de visas cubains invalidés pendant la traversée. Les passagers n’ont pu débarquer dans aucun port de l’Amérique Centrale ou du Nord. Beaucoup d’entre eux réfugiés en France, furent arrêtés comme Allemands en septembre 1939 et internés. Ceux qui ne l’avaient pas été encore y compris les enfants, le furent en mai 1940 lors de l’avance allemande. La loi du 4 octobre 1940 permettant l’internement administratif et arbitraire de tous « les ressortissants étrangers de race juive » fit le reste. Apparemment la famille Joseph, après un séjour au Mans, est passée en zone libre et a été assignée à résidence forcée à Monbalen dans le Lot-et-Garonne puis, le 26 août 1942, arrêtée et transférée dans le camp de rassemblement départemental de Casseneuil, d’où elle fut envoyée à Drancy le 4 septembre. Le 9 septembre 1942 le convoi n° 30 les emporta vers Auschwitz, d’où seul revint le père. (Serge Klasfeld)
« périe » camps d’internement Casseneuil, Drancy dernier emplacement connu Auschwitz (site USHMM)
déportée à Auschwitz par le convoi n° 30. Départ de Drancy le 9 septembre 1942 avec son mari Bruno et sa fille Brigitte (mémorial)
« décédée en déportation » (670W130)
lettre de Théo GUNZBURGER au préfet de la Sarthe du 7 septembre 1948 (670W130)
réponse de la préfecture de la Sarthe du 14 septembre 1948 (670W130)
Il y a 75 ans, les Etats-Unis renvoyaient 254 migrants vers la mort dans les camps nazis (Le Monde du 31 janvier 2017)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s