FERNBACH Hugo

Archives Départementales de la Sarthe

42 ans
né le 25 novembre 1900 à Caloni [Pologne] (670W167)
fils de Léo FERNBACH et de Rika BLUM (524W13)
frère d’Anna et Marguerite
nationalité polonaise (670W167)
arrivé en France en 1923 venant directement de Pologne (524W13)
« en octobre 1923 il vint en France avec un contrat de travail pour la société « Bonnetricot » rue Turbigot à Paris pour laquelle il a travaillé jusqu’en 1932 » (524W13)
«par la suite il a travaillé comme étalagiste-décorateur pour la société « Unifix », dont le siège est Avenue des Champs Elysées à Paris, ou pour le compte de ses nombreuses filiales notamment à Valenciennes, Châlons sur Saône , Montbéliard et en dernier lieu à Lens [Pas de Calais] où il demeurait 118 rue de Paris, adresse où se trouve toujours son mobilier. » (524W13)
« octobre 1932 à février 1934 à Paris 4 rue Trois Frères [18ème]
février 1934 à avril 1935 à Châlons sur Saône rue Obélisque
avril 1935 à mars 1937 à Montbéliard rue Cuvier
mars 1937 à mars 1938 à Valenciennes rue Saint Géry
mars 1938 à mars 1939 à Lens rue de Douai
au début de la guerre à Paris 46 rue Rodier [9ème] » (524W13)
en  quittant Montbéliard le 14 février 1938 il s’est rendu dans le département du Pas-de-Calais (524W13)
arrivé à Lens le 17 février 1938 (616W159)
marié à Sala JAKUBOWICZ le 2 juillet 1938 à Lens (524W13)
le 1er mai 1939 il a quitté la localité pour se rendre à Lille où il a demeuré au 24 de la rue Pryé (616W159)
père de Ricka (670W129)
« en novembre 1939 mobilisé au compte de la Légion Etrangère au fort Vancia près de Lyon [Rhône] » (524W13)
copie d’une note de service de la Légion Etrangère du 11 novembre 1939 (616W159)
à cette date il est reconnu inapte au service de la Légion Etrangère et dirigé sur Paris (616W159)
« affecté par la suite au 22ème Régiment de Marche il partit avec son unité au front.Au moment de l’attaque allemande en mai 1940. la formation à laquelle appartenait FERNBACH fut durement éprouvé dans la région de Valenciennes. Les restes se replièrent. Avec eux le susnommé fut replié sur la région de Bordeaux en vue de constituer une autre formation. Les évènements ayant empiré, à la suite d’ordres et de contre-ordres, FERNBACH fut mis en instance de libération et reçut le 21 juin 1940 de la mission de la 18ème Région de Bordeaux une attestation de libération qui porte la cachet du bureau de garnison de la place de Limoges et la date du 3 juillet 1940″ (524W13)
«  démobilisé en juillet à Limoges resté à la caserne jusqu’au 2 septembre 1940 date de rentrée à Tuffé » (524W13)
sa demande de carte d’identité du 6 septembre 1940 (616W159)
son récépissé de demande de carte d’identité du 6 septembre 1940
sa fiche d’identité du 7 septembre 1940 (524W13)
« il a rejoint sa femme à Tuffé [Sarthe] depuis le 7 septembre 1940.» (524W13)
« arrivé le 9 septembre 1940 à Tuffé démobilisé »
« sujets polonais [lui et Sala ] ne pouvant trouver de travail à Paris ; et préférant rester encore momentanément à Tuffé avec leurs parents. Ne touchent plus l’allocation de réfugiés » (545W174)
liste nominative au 1er octobre 1940 des réfugiés alsaciens de Tuffé (2000W218)
PV de la mairie de Tuffé du 4 octobre 1940 de déclaration de perte de carte d’identité d’étranger (524W13)
lettre du préfet de la Sarthe [Jean DISSARD] au ministre de l’Intérieur [Marcel PEYROUTON] du 14 octobre 1940 signalant la perte de sa carte d’identité
recensement des israélites n° 10 du 19 octobre 1940 (616W109)
lettre du sous-préfet de Mamers au maire de Tuffé du 7 novembre 1940 (545W571)
réponse du maire de Tuffé au sous-préfet de Mamers du 9 novembre 1940 (545W571)
lettre du préfet de la Sarthe au commissaire des renseignements généraux du 13 novembre 1940 (1278W32)
lettre du préfet de la Sarthe aux maires et commissaires de police de la Sarthe du 6 décembre 1940 (616W169)
réponse du maire de Tuffé [Louis BONTEMPS] au préfet de la Sarthe du 9 décembre 1940 (616W169)
il a effectué un séjour à Charleville [Ardennes] du 13 au 21 décembre 1940
décorateur  » étalagiste à Paris, Châlons sur Saône, Montbéliard, Valenciennes et en dernier lieu à Lens 118 rue de Paris où il a encore son mobilier et espère y retourner.  »
habitant Maison Guéné Grande Rue à Tuffé (670W129)
enquête des renseignements généraux sur les époux FERNBACH du 27 janvier 1941 (524W13)
recensement des israélites du 12 septembre 1941 (670W129)
lettre du préfet du Doubs au préfet de la Sarthe du 4 octobre 1941 (524W13)
résidence libre (524W57)
lettre du commissaire de police de Lens au préfet du Pas de Calais [Amédée BUSSIÈRE] du 30 octobre 1941 (616W159)
enquête des renseignements généraux du 24 novembre 1941 (1278W832)
lettre du préfet de la Sarthe [Marcel PICOT] au commissaire des renseignements généraux du 22 décembre 1941 (1278W32)
enquête des renseignements généraux du 31 décembre 1941 (524W13)
lettre du préfet de la Sarthe au commissaire principal des renseignement généraux du 9 janvier 1942 (1278W32)
sa lettre au préfet de la Sarthe du 11 janvier 1942 (616W106-A)
enquête de l’inspecteur des renseignements généraux [Hervé QUIMERCH] du 16 janvier 1942 (1278W32)
le 23 janvier 1942 le préfet de la Sarthe demande au ministère de l’Intérieur « s’il y a lieu d’envisager son transfert au camp israélite de Pithiviers, ou au contraire, je puis l’autoriser à continuer de résider à Tuffé » (524W13)
réponse du ministère de l’Intérieur au préfet de la Sarthe du 11 février 1942 (616W159)
lettre du préfet de la Sarthe au maire de Tuffé [Ernest PROVOST] du 19 février 1942 acceptant qu’Hugo FERNBACH réside dans sa commune (524W13)
sa fiche d’identité non datée [faite en 1942]
lettre du sous-préfet de Mamers [Philippe LANQUINE] au maire de Tuffé du 2 juin 1942
il a reçu 3 étoiles jaunes le 6 juin 1942 [n° d’ordre 61] (545W571)
arrêté par les autorités allemandes le 17 juillet 1942 à Tuffé (545W571)
lettre du sous-préfet de Mamers au maire de Tuffé et réponse du maire du 18 juillet 1942 [« les personnes dont les noms sont soulignés à l’encre rouge ont été arrêtées et emmenées hier 17 juillet par les autorités allemandes »] (545W571)
emmené au camp de Mulsanne le même jour
transféré le 17 juillet 1942 au Grand Séminaire d’Angers pour y être enfermé
lettre du sous-préfet de Mamers au préfet de la Sarthe du 20 juillet 1942 (545W571)
déporté par le convoi n° 8 à Auschwitz. Départ d’Angers le 20 juillet 1942 à 20h35 avec son épouse Sala (mémorial)
il est arrivé à Auschwitz le 23 juillet 1942 (SK)
n° d’immatriculation 51 128 (Panstwowe Muzeum)
décédé le 3 octobre 1942 à Auschwitz d’une pneumonie bilatérale (Bad Arolsen)
mort en déportation le 3 octobre 1942 à Auschwitz (JORF n°0179 du 5 août 2014 page 12983 texte n° 58)
N° 34165 (livre des morts d’Auschwitz)
demande du Comité international de la Croix Rouge au maire de Tuffé du 10 septembre 1945
lettre de son beau-frère David au maire de Tuffé du 10 février 1946
plaque à sa mémoire inaugurée le 13 mai 2007 à Tuffé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s