BLOCH Elie Georges

né le 13 novembre 1879 à Vincennes (670W129)
fils de Eugène BLOCH et de Palmyre LINDENBLITH (DAVCC Caen)
nationalité française (2000W248)
« appelé au 45 ème régiment d’infanterie de Laon du 16 novembre 1900 au 15 septembre 1903. Appelé pour deux périodes d’instruction militaire au 204 ème régiment d’infanterie à Auxerre en 1906 – 1908 » (616W106-A)
« marié à Paris [XVIIIè] le 13 novembre 1913 avec Louise Armandine Berthe » (DAVCC Caen)
« ancien combattant 1914-18 mobilisé du 2 août 1914 au 17 février 1919 dans la zone des armées » (616W106-A)
carte du combattant 34769 (616W106-A)
« marié au Mans [Sarthe] le 12 juin 1937 avec Berthe Marie Adolfine LACROIX » (DAVCC Caen)
époux de Berthe LACROIX [catholique] (616W106-A)
voyageur de commerce (670W129)
habitant 159 quai Ledru Rollin au Mans [Sarthe] (2000W129)
recensement des israélites n° 39 du 17 octobre 1940 (616W108)
sa lettre au préfet de la Sarthe du 10 septembre 1941 (670W129)
recensement des israélites du 10 septembre 1941 (670W129)
l’inspecteur des renseignements généraux [Hervé QUIMERCH] a vérifié sa présence à son domicile en décembre 1941 (616W106-B)
sa lettre à la préfecture de la Sarthe du 9 juillet 1942 (2000W501)
il a reçu 3 étoiles jaunes (616W108)
il figure sur la liste des juifs assujettis à la carte d’identité française (616W106-A)
« arrêté dans la nuit du 22 au 23 février 1943 par les autorités allemandes »(616W109)
témoin de l’arrestation monsieur Auguste BOIVIN instituteur à la retraite habitant 155 quai Ledru Rolin (DAVCC Caen)
lettre du commissaire central de police du Mans au préfet de la Sarthe [Lucien PORTE] du 23 février 1943 (545W569)
« M. LÉVY Lucien a été arrêté en même temps que moi, c’est-à-dire le 21 février 1943, à la suite d’une rafle d’israélites opérée par la Gestapo en représailles d’attentats commis à l’époque autour de la gare du Mans et à l’Office Allemand chargé de recruter pour le travail en Allemagne et situé en haut de l’avenue Thiers. Après 48 heures de séjour à la prison du Mans, M. LÉVY et moi-même avons été transférés avec d’autres coreligionnaires au camp de Drancy, où nous sommes restés douze ou treize jours. Ensuite, jusqu’en juin 1943, j’ai été interné, toujours avec M. LÉVY au camp de déportés raciaux de Beaune la Rolande. En juin 1943, départ pour Cherbourg [caserne de Querqueville] après un passage de trois jours à Drancy. … Le 6 août 1944 j’ai été libéré sous condition de résidence. [déclaration de M. Georges BLOCH du 12 août 1948] (556W202)
« prison Le Mans du 21 au 25 février 1943
camp de Drancy du 25 février au 10 mars 1943
camp de Dixmude du 11 mars au 17 juillet 1943
déporté de l’ile d’Aurigny du 17 juillet 1943 à avril 1944
camp de Picpus avril à août 1944
libéré Picpus 15 novembre 1944 » [sa déclaration du 9 décembre 1945] (DAVCC Caen)
« déporté de Cherbourg à Aurigny, par le convoi n° 641, transport n° 192, le 12 août 1943. Inscrit sur une liste de travailleurs rapatriés de Cherbourg, il est hospitalisé en janvier 1944 à l’hôpital Rothschild, à Paris. Il aurait été libéré le 18 août 1944 de Drancy. » (mémorial)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s