APPEL Isaac

né le 24 décembre 1930 à Paris [13ème] (2000W150)
fils de Basia OSINSKI épouse APPEL née à Lubarow [Pologne] le 14 novembre 1903 (524W62)
nationalité française (616W106-A)
frère de Raymonde
il venait de Paris [19è] 14 passage de Puebla (72W315)
« ce petit parisien des Buttes Chaumont avait quitté son école de la rue Simon Bolivar au moment de la déclaration de guerre pour venir se réfugier à La Chartre-sur-le-Loir. Deux ans, après sa mère l’avait placé à Cérans-Foulletourte » (Jean-François HAMEL du Maine Libre)
arrivé le 6 juin 1942 chez Mme HOUSSIN à Cérans-Foulletourte [Sarthe]  (616W106-A) emmené par sa mère (524W62)
la pension HOUSSIN à Cérans-Foulletourte (photo Virginie DROCOURT)
la lettre de Marguerite HOUSSIN au sous-préfet de La Flèche [Georges FÉA] du 6 juin 1942 (72W315) 
sa mère a été verbalisée par des gendarmes de Cérans-Foulletourte pour défaut de présentation de sa carte d’identité le 7 juin 1942 (524W62)
PV établi par les gendarmes de Cérans-Foulletourte [Eugène PERCOT et Léon ORDRONNEAU] du 7 juin 1942 (524W62)
brouillon de la réponse au courrier de madame HOUSSIN du 6 juin 1942 rédigée par la sous-préfecture de La Flèche (72W315)
il a reçu 3 étoiles jaunes le 9 juin 1942 (72W215)
« inscrit à la sous-préfecture de La Flèche le 9 juin 1942 par Mme HOUSSIN directrice de la colonie de vacances de Cérans-Foulletourte » (72W315)
la lettre de Marguerite HOUSSIN au sous-préfet de La Flèche du 19 juin 1942 (72W315)
lettre du sous-préfet de La Flèche au maire de Cérans-Foulletourte du 22 juin 1942 (72W315)
réponse de l’adjoint faisant fonction de maire de Cérans-Foulletourte [Auguste LALANDE] au sous-préfet de La Flèche du 24 juin 1942 (72W315)
état des mutations survenues à la liste des israélites à la date du 24 juin 1942 établi par le sous-préfet de La Flèche (616W106-A)
« le 14 juillet [1942], ma mère vint à Cérans-Foulletourte se mettre à la recherche d’un autre hébergement pour moi, elle même repartant à Paris avec ma soeur. Elle dût donc rester sur place quelques jours ce qui lui permit d’échapper à la rafle du Vel’ d’Hiv' » (sa déclaration au Maine Libre en 1994
« j’échouai à deux maisons de chez madame HOUSSIN chez un couple assez âgé dont je ne me rappelle plus le nom… Dès mon arrivée chez eux la femme décousit mes étoiles jaunes. Je pus alors sortir dans le village avec un réel sentiment de liberté » (sa déclaration au Maine Libre en 1994
il est arrivé chez Mme FAURE avant le 26 septembre 1942 (72W315)
lettre du maire de Cérans-Foulletourte au sous-préfet de la Flèche du 26 septembre 1942 attestant qu’il porte l’étoile jaune (72W315)
arrêté le 14 octobre 1942 à Cérans-Foulletourte (72W315)
« le matin du 15 [en réalité du 14], je venais de finir mon petit déjeuner et en tablier noir, m’apprètais à partir à l’école quand on frappa à la porte. C’était un officier de la Wehrmacht, accompagné de deux soldats en armes (donc ni Gestapo, ni feldgendarmerie, ni police française) qui venait m’arrêter, commençant par protester parce que je ne portais pas mon étoile » (sa déclaration au Maine Libre en 1994)
sa fiche de renseignements établie par l’adjoint faisant fonction de maire de Céran-Foulletourte (72W315)
motif de l’arrestation : israélite; lieu de l’arrestation : Cérans-Foulletourte (2000W150)
lettre de l’adjoint faisant fonction de maire de Cérans-Foulletourte [Auguste LALANDE] au sous-préfet de La Flèche [Georges FÉA] du 14 octobre 1942 (72W315)
rapport du commandant de la gendarmerie de Cérans-Foulletourte [maréchal des logis chef ELEAUME] du 14 octobre 1942  (72W315)
réquisition du préfet de la Sarthe [Marcel PICOT] du 15 octobre 1942 (616W106-B)
recensé par le docteur KOVACS au camp de Mulsanne [Sarthe] en octobre 1942 (archives privées Elisabeth Kovacs)
lettre du maire de Cérans-Foulletourte au sous-préfet de La Flèche du 17 octobre 1942 (72W315)
[le 18 octobre 1942] « nous avons tous été enfants et adultes, emmenés jusqu’à une gare et mis dans un train, dans les compartiments de troisième classe verrouillés de l’extérieur. Et nous sommes arrivés dans l’après-midi au camp de Drancy » (sa déclaration au Maine Libre en 1994)
entré à Drancy le 18 octobre 1942 et en est ressorti le 28 (Jacques Chesnier)
sa fiche de renseignements du 23 octobre 1942 (2000W150)
liste des enfants arrêtés à Cérans-Foulletourte le 14 octobre 1942 établie par le sous-préfet de La Flèche du 24 octobre 1942 

« je suis sorti de Drancy dix jours plus tard [soit le 28 octobre 1942] pour être conduit avec d’autres enfants, au centre UGIF de la rue Guy Patin » (sa déclaration au Maine Libre en 1994)
lettre du chef de la SIPO-SD du Mans [Léo NUTTGENS] au préfet de la Sarthe du 25 novembre 1942 (72W315)
lettre du préfet de la Sarthe au sous-préfet de la Flèche du 2 décembre 1942 (2000WNC48)
lettre du sous-préfet de La Flèche au maire de Cérans-Foulletourte du 10 décembre 1942 (72W315)
réponse du sous-préfet de la Flèche au préfet de la Sarthe du 14 décembre 1942 (2000WNC48)
réponse du préfet de la Sarthe à la SIPO-SD du Mans du 16 décembre 1942 (532W35) 

« le 9 février 1943, j’ai été muté au centre Lamarck, un ancien orphelinat, d’où je me suis évadé en faisant le mur… Après cette évasion, je trouvai d’abord refuge chez des non-juifs puis à Brunoy chez ma grand-mère. Celle-ci put rapidement trouver un passeur pour nous conduire ma soeur et moi, à Lyon où se trouvait notre mère… Ma soeur fut envoyée par l’ASE (organisation juive de secours aux enfants) à Chambon-sur-Lignon. Ma mère et moi trouvâmes refuge jusqu’à la Libération dans un petit village du Jura » (sa déclaration au Maine Libre en 1994)
il a échappé à la déportation (Rachel SZPICAK)
non recensé au Mémorial de la Shoah
l’article « Victime d’une dénonciation » de Jean-François HAMEL du 27 décembre 1994 (Le Maine Libre)
l’article « I-Fin de séjour à Mulsanne » de Jean-François HAMEL du 26 décembre 1994 (Le Maine Libre)
l’article « 2-La pension HOUSSIN » de Jean-François HAMEL du 27 décembre 1994 (Le Maine Libre)
l’article « Un jour ils ont disparu. Pourquoi? » de Jean-François HAMEL du 28 décembre 1994 (Le Maine Libre)
l’article « 3-Du Mans à Drancy » de Jean-François HAMEL du 28 décembre 1994 (Le Maine Libre)
l’article « 4-Les survivants parlent » de Jean-François HAMEL du 29 décembre 1994 (Le Maine Libre)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s